MONTRÉAL – NOUVELLE ORLÉANS en motocyclette (dernière partie)

JOUR 15, Lafayette (Louisiane)

Située au cœur de l’Acadiane (nom officiel donné à cette région d’influence française),  à 208 kilomètres à l’ouest de la Nouvelle-Orléans en Louisiane, Lafayette est le centre du pays cadien.  Juste avant d’arriver, on passe par le pont Atchafalaya Basin qui passe au dessus du swamp du même nom. Il est le 14 ième plus long pont au monde, soit 28 km.

atchflayabridge_0085J’ai emprunté cette photo sur internet, faute de pouvoir s’arrêter pour prendre un cliché. C’est une autoroute très spectaculaire.

Une fois arrivé au bureau de tourisme, on voit une affiche qui annonce: « Ici, on parle français ». Pourtant une fois à l’intérieur la dame nous accueille en anglais malgré le fait qu’on se soit adressé à elle en français. Après quelques informations utiles pour notre séjour, la dame se met finalement à parler son francadien. Juste un peu comme si elle était gênée. Bon, c’est mieux que rien. Comme on doit visiter un bayou le lendemain matin, on va se camper près du lieu en question soit le Lac Martin, à quelques kilomètres de Lafayette. Et on reviens passer la soirée dans Lafayette pour manger dans le premier restaurant cajun de Louisiane!

_1SP4882

Après avoir soupé de soupe gumbo et de crawfish, on entend de la musique venant de quelque part à proximité du restaurant. Curieux, on trouve un parc juste au centre de Lafayette et on y découvre la vie d’une chaude soirée d’été, remplie de musique, de cris d’enfants et de mots baragouinés en français!

_1SP4625

La source de la musique….

_1SP4877

Une scène inusitée…

_1SP4893

On ira même danser au Randol’s, une autre institution ici à Lafayette. Fait  à noter, l’orchestre chantait en français

JOUR 16, le bayou du Lac Martin

2015-06-19 10.15.55

Le lac Martin est une réserve naturelle dans les bayous de la Louisiane. On peut y admirer une végétation spectaculaire et de nombreuses espèces animales telles les alligators et de nombreuses variétés d’oiseaux. Nous avons choisi ce lieu pour le côté respectueux de l’observation. On a donc fait un tour avec un guide sur une petite embarcation dans ce lieu magnifique et paisible.

2015-06-19 09.49.08

Voilà pour la publicité!

_1SP5099

Ces superbes cyprès qui se sont bien adaptés au bayou peuvent vivre 500 ans.

_1SP5097

Des cormorans qui se font curieusement sécher les ailes!

_1SP4970

_1SP4921

De bien jolies fleurs qui offrent un contraste dans cette douce nature, dépourvue de moustiques d’ailleurs grâce à un éco-système naturel sur le lac, qui attirent les libellules, excellentes chasseuses d’insectes piqueurs.

_1SP5141 Un alligator bien discret, facile à confondre avec morceau de bois flottant..

Après cette visite magique, nous entamons notre retour vers le nord en roulant à travers les campagnes de Louisiane, certains endroits nous rappelant la série « True Detective ». Nous terminerons notre journée au Percy Quinn State Park après 223 km de route. Nous y rencontrerons un jeune couple de voyageur-campeur (allemande et anglais) avec qui nous fraterniserons. Ils viendront d’ailleurs nous rendre visite à Montréal dans les semaines suivantes.

_1SP5269

_1SP5273

Il fait tellement chaud qu’on ne dors plus qu’avec le moustiquaire, exit le toit double!

JOUR 17 ET 18, retour vers les montagnes appalachiennes.

Les deux journées suivantes, nous nous dirigeons vers les Appalaches et les Blue Ridge Mountains, mais par l’entrée sud en Caroline du Nord. Nous camperons une nuit au Lake Lurleen State Park en Alabama et une nuit au KOA Campground de Marble en Caroline du Nord après avoir passé à travers la très belle National Forest Nantahala. Bien que le temps reste au beau fixe, on perd quelques degrés tout de même dans les montagnes. Deux grosses journées de route, soit 438 km et 499 km respectivement.

_1SP5284

Le barrage hydroélectrique Ocoee no.1, dans la région de Chattanooga au Tennessee.

_1SP5293

Un de nos nombreux campements! Celui-ci est dans les montagnes de Caroline du Nord, dans un KOA.

JOUR 19, le Parc national des Great Smoky Mountains.

_1SP5298

Les Great Smoky Mountains ne portent pas leur pour rien avec leurs cimes fumeuses. C’est le parc qui attire le plus de visiteurs parmi tous les parcs nationaux américains. Ancien territoire de la tribu Cherokee, ce parc a été fondé e 1934 et il fait parti des Blue Ridge Mountains.

_1SP5312

Lors d’une randonnée durant l’après-midi, ce champignon a capté mon attention pendant plusieurs minutes. Il a vraiment l’air d’un coquillage.

_1SP5335S’asseoir ici, c’est risqué d’y passer la journée tellement l’endroit est merveilleux et calme.

_1SP5338

Durant la nuit suivante, le ciel pur des montagnes m’a permis de photographier la Voie Lactée. Nous étions campé au Balsam Mountain campground dans le parc. Un endroit délicieusement silencieux.

JOUR 20, un invité indésirable.

Toutefois, à ce moment du voyage, on a eu un visiteur inconnu et malicieux qui s’est invité: un virus probablement. J’ai commencé à avoir des maux de têtes, de la fièvre et une perte d’appétit. Anne-Marie a eu des symptômes aussi mais moins intenses. Elle avait plutôt besoin de la toilette fréquemment!

2015-06-22 19.14.49

Pas vraiment en forme le gars ce matin là. J’ai carburé aux acétaminophèmes pour reprendre la route. Habituellement, ces symptômes disparaissent au bout de 24h. Nous avons donc décidé de nous rendre à la prochaine ville pour trouver un B&B pour se reposer.

_1SP5346

Fallait quand même faire une photo à cet endroit avant de quitter le Blue Ridge Parkway! La partie sud du BRP est beaucoup plus en altitude et escarpée.. La température y est fraîche, surement 10C de moins que dans les villages en bas. Quoi qu’il en soit, on s’est rendu à Asheville à environ 140km, pour y dormir. La plupart des gîtes étaient complets mais on a fini par trouver une chambre dans le très chic et très cher gîte, le Manoir Applewood. C’est un endroit fort sympathique et les proprios nous offraient un vin et fromage généreux pour le 5 à 7. On a bien dormi 12 heures au moins et le matin, le petit déjeuner était copieux et excellent. Dommage pour moi, je n’avais pas retrouvé l’appétit.

_1SP5355

La basilique St-Lawrence trône au milieu de cette agréable petite ville.

JOUR 21 à 23, retour vers Montréal

Les symptômes ne disparaissaient pas pour moi. J’avais toujours besoin de Tylénol pour poursuivre la route et me sentir un peu mieux. On a donc décidé de retourner vers Montréal par le chemin le plus court et en laissant le matériel de camping bien rangé! Il restait 1600 km à faire soit 4 jours de 400 km en moyenne. on a donc fait le chemin du retour paisiblement sans s’attarder.

2015-06-26 12.25.29

Il y avait bien quelques vérifications à faire pour la sécurité. Ici, je suis en train de resserrer la chaîne.

2015-06-26 14.06.07

Un remède naturel bien efficace pour se soigner. Mais quel terrible goût!!!!!

JOUR 24, le Canyon Ausable

_1SP5374

À moins de 200 km de Montréal, dans les Adirondack, il y a ce très beau site qu’on appelle le Grand Canyon Ausable Chasm. On peut y pratiquer une foule d’activité ou simplement marcher. On a pris le temps de s’y promener en se disant qu’il faudrait bien y revenir pour faire du rafting par exemple.

Et voilà, deux heures plus tard, on revenait à la maison. La tête pleine d’images, de vent, d’odeurs…. avec près de 4000 photos dans nos appareils.

_1SP5404

Un grand voyage, un peu écourté par ma condition physique des derniers jours, mais qui totalise tout de même en kilomètres:

_1SP5410

Un grand merci à ceux qui ont pris le temps de lire ces quelques pages. À la prochaine!

Advertisements

MONTRÉAL – NOUVELLE ORLÉANS en motocyclette (3e partie)

JOUR 12 À 15.

Enfin la Louisiane et la Nouvelle-Orléans, le but de notre voyage!

L’arrivée fut spectaculaire. Imaginez:

Nous roulons sur l’autoroute 10 par 34 C et de gros nuages noirs se pointent à l’horizon. On va se faire mouiller c’est sûr! Soudainement, l’autoroute quitte la terre ferme, et passe au-dessus des bayous qu’on voit bien sur notre droite et sur la gauche, l’immense lac Pontchartrain apparaît à perte de vue. Le vent se lève, l’orage éclate et nous oblige à ralentir. Je tiens solidement le guidon tout en contemplant l’extraordinaire paysage qui nous entoure! Un moment magique et intense qui dure 10 minutes à peine. Et puis on arrive dans la ville, le soleil revient et peu après on s’arrête dans le Vieux-Carré français pour se situer et repérer notre gîte trouvé sur Airbnb une heure auparavant.

11063536_10207307995680148_5592796543528509104_n

Nous avons loué un logement entier dans un Half Quaint House dans le quartier Mid-City. Cet immense logement bien équipé était très agréable et bien situé. Pour un prix raisonnable soit 75$ US par nuit.

Enfin arrivé à notre but ultime, on va passer 5-6 jours ici, pause de moto svp!2015-06-15 06.50.51

« La Nouvelle-Orléans s’enorgueillit d’être la ville qui a la meilleure cuisine des États-Unis et la meilleure musique du monde. En effet, c’est la ville d’où vient le jazz et le blues, et on y mange Cadien ou Créole. »

(source: wikipédia)

Eh bien, ça promet pour les prochains jours!

_1SP4170

On commence notre visite par le City Park, un parc plus grand que Central Park, dans lequel on y voit nos premiers bayous. En Louisiane, un bayou (du choctaw bayuk signifiant « serpent, sinuosité ») est une étendue d’eau formée par les anciens bras et méandres du Mississipi.

_1SP4131

_1SP4175Les tortues habitent les bayous. On dirait que celles-ci se boudent!

_1SP4413À proximité de notre logement, il y a une agréable ligne de tramway (climatisée) qui nous conduit au Vieux Carré, tout en nous permettant de bien voir la ville.

_1SP4197Une enseigne typique et prometteuse de la rue Bourbon!

_1SP4392

Une personnage mythique qui a créé la réputation musicale de New-Orleans!

_1SP4369La musique jazz est présente partout: Dans les bars, dans les rues, dans les parcs! Ces quatre jeunes pratiquaient et j’aurais pu rester là à les écouter des heures durant!

2015-06-16 14.40.03

Ici sur la place de la Cathédrale St-Louis. Vous avez envie de chanter ou jouer un instrument? Installez-vous et ils vous accompagnent!

Allons manger! Le Acme Oyster House est très réputé ici. On y mange des spécialités comme le crab meat cake, les poboys et mufulletta (sorte de sandwich), des huîtres sous toutes les formes et ce dans une ambiance bistro.

_1SP4202

La Maison Bourbon, du jazz tous les soirs! E plein après-midi, les musiciens se préparent pour la soirée!

2015-06-16 14.44.39

La cathédrale St-Louis, au coeur du Vieux -Carré.

_1SP4303

Dans le presbytère devenu musée, on a vu une très touchante exposition sur la Nouvelle-Orléans et le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Sur cette photo, on voit le plafond du musée rempli de bouteilles à la mer!!!

Des traces encore bien présentes du passage de Katrina!

L’architecture typique du Vieux Carré, qu’on appelle aussi le Carré français. Bien que la toponymie soit française, on a trouvé personne qui parle la langue!

On ne peut visiter la Nouvelle-Orléans sans voir un de ces cimetières qui sont devenu des sites historiques. Souvent appelé les Cités des morts, ces cimetières sont remarquables pour leurs tombeaux uniques et en surface. Lesdits tombeaux sont des monuments des dix-huitième, dix-neuvième et du début du vingtième siècle, et sont, comme les cimetières eux-mêmes, une partie remarquable de l’héritage français si particulier de cette ville. On y faire des promenades guidées.

Quelques belles maisons de la ville. On y voit aussi beaucoup de décorations pour la Mardi Gras qui a lieu au printemps et qui est le moment le plus achalandé de l’année. On dit que la Nouvelle-Orléans est la ville la plus visitée par les touristes aux E.U.

_1SP4344

Le Natchez, un bateau à roues à aubes, fait quotidiennement un tour sur le fleuve Mississipi.

2015-06-16 18.24.47

Voilà pour notre visite de cette fascinante ville du sud, tellement typique et différente des autres villes.

MONTRÉAL – NOUVELLE ORLÉANS en motocyclette (2e partie)

Le voyage est la destination (Confucius)

JOUR 6, retour sur le Blue Ridge Parkway.

Une autre superbe journée s’annonce. On retourne sur le Blue Ridge Parkway pour poursuivre notre route. Ah! Juste un détail. Hier soir, mon MacBook m’a lâché. L’écran Lcd semble brisé à l’intérieur et le quart de l’écran est illisible. Trop de pression dans les bagages j’imagine. Je peux au moins y charger mes photos. Tant pis, on va faire avec! Bon, revenons au voyage. Notre premier objectif est de faire une randonnée dans un des multiples sentiers annoncés sur le route. On choisi le site de Peaks of Otter qui nous promène à travers montagnes et champs pendant deux heures.

_1SP3258Il s’agit qu’un papillon apparaisse et toute mon attention est détournée.

_1SP3225

La pendule, une roche en équilibre bien précaire.

_1SP3301Le sentier de Peaks of Otter. On pensait bien arriver à un belvédère, mais on est resté en forêt!

2015-06-09 16.18.01

Le photographe….pris en flagrant délit….

_1SP3317…pour prendre  cette photo!

_1SP3686

Nous planterons notre tente au Rocky Knob campground. Les campings du Blue Ridge Parkway ont une particularité. Il faut s’auto-inscrire à l’aide d’une enveloppe fournie et y glisser 16$ pour la nuit. Donc pas de guérite d’entrée, on fait ça soi-même! Et, il n’y a pas de douche ni d’eau chaude. Bon à savoir! Mais, les emplacements immenses sont particulièrement tranquilles. On y dort très bien et on peut y ramasser tout le bois qu’on veut pour faire un feu.

_1SP3706Et encore une fois, le ciel s’allumera de millions d’étoiles. Un des plaisirs du camping!

On a roulé 216 km pour cette journée.

JOUR 7, Le Moulin Marby

Eh bien, belle température quand tu nous tiens! Un ciel bleu immaculé nous attends sur la route. Nous nous dirigeons vers le site du Moulin Mabry au milepost 176 du BRP. C’est l’endroit le plus photographié du parc apparemment. Faut dire que le site est très pittoresque. Comme il est à peine 9h00 am et qu’on est en semaine, nous sommes pratiquement seul pour faire la visite. Il a été construit à partir de 1903 par Edwin Boston Marby. D’abord un moulin à scie, il est aussi devenu un moulin à maïs par la suite. Je mets ici une petite galerie de photos car il y en a plusieurs.

Après la visite du moulin, vers le milepost 200, on va quitter le BRP pour aller vers l’ouest direction Mississippi. Mais avant on fait une pause dans le village de West Jefferson pour trouver une buanderie et alléger la moto. Je m’explique: Vous vous souvenez qu’au premier jour la moto avait un problème de surcharge ce qui faisait frotter le support des valises sur le pneu arrière. Comme ce problème revenait régulièrement, on décide de retourner du matériel inutile à la maison, par la poste. Avec comme résultat, 8 kg en moins ( et 60$ US) et ça paraît tout de suite sur la conduite.

Comme un orage arrive et qu’on a pas envie de se faire mouiller, on logera donc dans un petit hôtel pas cher et pas intéressant… à l’image de West Jefferson d’ailleurs. On a rouler 160 km.

_1SP3825La première pluie depuis notre départ! Mais ce ne sera qu’on orage passager.

JOUR 8 ET 9, vers la Natchez Trace Parkway

Pour ces deux journées, on emprunte l’interstate 81 puis la 40 qui nous mène vers Nashville au Tennessee. On va donc quitter les montagnes appalachiennes pour se retrouver dans un décor plus plat et aussi plus chaud, 34 C sous un soleil de plomb. On roule beaucoup, respectivement 570 km et 325 km. On campera au Lebanon Cedar State Park près de Nashville, ou se trouve le début de la Natchez Trace Parkway.

_1SP3850

La Piste Natchez (Natchez Trace) était une piste de 708 km de long (440 miles) entre Natchez dans le Mississippi et Nashville dans le Tennessee reliant les rivières Cumberland, Tennessee et le fleuve Mississippi. Elle a été intensément utilisée par les Indiens d’Amérique et les explorateurs européens blancs comme route de transit à la fin du xviie siècle et au début du xviiie. De nos jours, la piste est commémorée avec la Natchez Trace Parkway longue de 710 km qui suit approximativement son tracé. Certaines portions de la piste sont encore accessibles.

_1SP3846

Le Double Arch Bridge au début de la partie nord.

_1SP3857

_1SP3855

Collines verdoyantes et paysages ruraux et rivières nous accompagnent tout au long de cette route.

_1SP3871

Notre campement au Tishomingo State Park. Toute la nuit, on entendra grillons, grenouilles, wawarons, cigales, etc. Un concert cacophonique qui nous endormira malgré tout.

JOUR 10, la piste Natchez

_1SP3886

_1SP3893

Ben voilà la fameuse piste Natchez. Certaines portions sont préservées. Selon wikipédia, le premier homme d’origine européenne à avoir relaté en 1742 son parcours sur la Piste Natchez et ses « misérables conditions » est un explorateur français inconnu, parcourant le territoire de la Nouvelle-France, notamment la Louisiane française.

2015-06-13 15.12.26

Ravitaillement de butane pour le camping…

_1SP3931

…essentiel à nos bons repas.

_1SP3908Moment de pause devant le Réservoir Barnett près de Jackson au milepost 110.

_1SP3909

Fin de journée sur la Natchez Parkway. À noter que sur cette route, à l’instar du Blue Ridge Parkway, les véhicules commerciaux sont interdits. On était pratiquement seul. On campera dans un petit camping gratuit et désert, le Rocky Spring. Les arbres sont magnifiques. L’odomètre de la moto indique 470 km.

_1SP3911

JOUR 11, Mount Locus et enfin…la Louisiane

Après une nuit chaude, humide et silencieuse, on se lève enjoué sachant qu’aujourd’hui nous atteindrons notre but ultime: La Nouvelle-Orléans. Il reste seulement 365 km à parcourir. Mais avant, une visite s’impose: Le site historique Mount Locus qui fut une petite auberge sur la piste Natchez dès 1780. Il devint par la suite après 1825, une plantation de coton appartenant à la famille Chamberlain. Des esclaves y étaient employés et un petit cimetière derrière la site témoignent de cette époque. La maison a été restauré telle qu’elle était en 1820.

_1SP3946

Voilà la maison! Un site tellement pittoresque, on voudrait y vivre!

_1SP3936

Les « snakes fences » typiques du sud des États-Unis, qui clôturent l’ancienne plantation.

_1SP3954_1SP4071

Les adorables pièces intérieures telles qu’elles étaient vers 1820 à l’époque de l’auberge.

À ce moment quand nous sommes sorti vers la cour arrière, Anne-Marie a aperçu un visiteur inattendu. Juste à voir la tête qu’elle faisait et la moue de dégoût, j’ai compris ce qu’elle voyait!

_1SP3960

_1SP3968Un « chicken snake » se promenait sous le balcon arrière. Et il ne faisait pas parti du personnel!!! Heureusement, un visiteur s’y connaissait et nous a fait une démonstration de son savoir-faire.

_1SP3978

Jason a pris à peine quelques minutes pour capturer la bête.

_1SP3993

Et sous le regard de fierté des ses enfants, ils sont allé le remettre en liberté!

_1SP4002 _1SP4004

Le petit cimetière d’esclave derrière la maison et la seule pierre tombale encore présente.

_1SP4005

Voilà! Après cette visite, on a filé vers Natchez d’ou on aperçoit pour la première fois le fameux fleuve Mississippi.

_1SP4084Et deux heures plus tard….

_1SP4110

….enfin la Louisiane qui nous accueille en français svp!!! Nous avons parcouru 3562 km pour arriver à la Nouvelle-Orléans…dont je vous parlerai dans le prochain article. À bientôt!

MONTRÉAL – NOUVELLE ORLÉANS en motocyclette

« Le voyage est la destination » (Confucius)

En pensant à notre prochain voyage, on avait en tête un air de chanson de Tom Waits: Well, I wish i was in New Orleans, i can see it in my dreams. On s’est alors dit:  pourquoi ne pas s’y rendre en motocyclette? La route sera superbe. On descendra vers le sud, il fera chaud, trop peut-être aussi en juin. Mais quand on part de Montréal après un printemps frais, on a envie de chaleur.  Bon, 2600 km pour s’y rendre par le chemin le plus court, soit les routes « interstate » exclusivement, ce n’est pas la porte à côté. Et puis il y aura de belles routes secondaires à faire beaucoup plus intéressantes. Cela nous donne donc, après étude des cartes routières, 3500 km en passant par le Skyline Drive (Virginie), le Blue Ridge parkway (Virginie et Caroline du Nord) et le Natchez Trace parkway (Tennessee, Alabama et Mississipi). Voilà, ce sera notre route. Le départ est prévu le 4 juin 2015!

Départ

JOUR 1, LE DÉPART

Tout est prêt, il fait beau, c’est génial pour le départ. On est excité et un peu anxieux aussi de partir pour un si long périple. Quelques photos de départ obligées et ça y est, on est sur la route! Une heure plus tard, nous voilà à la douane américaine. Je dois faire une vérification car on entends un frottement inhabituel et intermittent à l’arrière. Bilan: le pneu frotte sur le nouveau support de valises quand la suspension descend trop bas, car on est très (voire trop) chargé! Après un peu de manipulation, on a pu réduire le problème de moitié. Les routes aux États-Unis étant très belles, elles nous donnent au moins un avantage. On choisi aussi de faire des demi-pleins d’essence, ce qui nous économise 10 kg de charge. Enfin, le reste de la journée se déroule bien et on termine au Max V. Shaul State Park dans l’état de New York près des montagnes Catskill, après 418 km de route, pour y faire notre campement. Situé sur la pittoresque route 30, le lieu est paisible, presque désert (incluant le poste d’accueil). La route fait un peu écho, mais à part ce détail c’est un bel endroit!

_1SP2896

JOUR 2, LE VIADUC STARRUCCA
Aujourd’hui, nous suivons cette petite route 30 qui serpente à travers les Catskill Mountains. Le paysage est pittoresque à souhait et on croise de petits villages charmants. Puis, on passe de l’État de New York à celui de Pennsylvanie et on arrive à Lanesboro, ou nous trouvons le viaduc Starrucca qui nous apparait soudainement dans toute sa splendeur. Ce n’est pas vraiment un site touristique, mais c’est un bel endroit pour se reposer. Il a été construit en 1847 par la New York and Erie Railroad. Il est réputé être le plus onéreux viaduc de son époque et il est toujours en fonction. On n’en avait jamais vu de semblable avant.

_1SP2947

_1SP2924On poursuit notre périple vers le sud en empruntant l’Interstate 81, et on termine notre journée au Locust Lake State Park, un agréable parc pour camper, pas trop loin de notre route. On a roulé 413 km et la température se réchauffe peu à peu et pas une goutte de pluie.

JOUR 3, LE PARC SHENANDOAH

On ne dort pas très bien sur nos matelas gonflables Thermarest qui ne sont pas très large (50cm). On en « tombe » souvent durant la nuit. Enfin, un peu de jogging autour du lac le matin pour se dérouiller avant notre journée et hop, on est sur la moto. La routine s’installe peu à peu. Encore une assez belle journée en perspective. On reviens sur la 81 direction sud pour quelques heures. L’autoroute en motocyclette est un mal nécessaire. Ça va plus vite mais ça reste un peu désagréable à cause du traffic lourd. On veut camper dans le parc Shenandoah en Virginie ce soir. À un moment donné, on quitte soudainement la Pennsylvanie pour arriver au Maryland, puis trente minutes plus tard on croise la Virginie Occidentale, et assez rapidement on entre en Virginie. Quatre États en une heure à peine! Arrivés à Front Royal, on fait quelques emplettes et on prend la Skyline Drive (est ainsi nommé la route du Parc). Elle porte bien son nom, car en peu de temps, on se retrouve à plus 1000 m d’altitude et ça restera ainsi pour 160 km. C’est une route qui serpente entre les sommets des Appalaches. On termine ainsi notre journée (405 km) au camping Mathews Arm dans le parc Shenandoah.
_1SP2986

_1SP3006

Un aigle nous accueille. Ils seront nombreux à survoler ainsi les « overlooks ».
_1SP3024

Au menu ce soir, une délicieuse galette de pomme de terre.

_1SP3073Durant la soirée, une magnifique nuit étoilée est apparue. Comme on est en montagne et qu’il n’y a pas de pollution lumineuse, j’en profite pour faire quelques poses longues sur trépied. Un ciel rêvé pour astronome….

JOUR 4, ON FAIT UNE RANDONNÉE

Aujourd’hui, on roule peu, à peine 50 km, pour aller s’installer au camping suivant (Big Meadows) histoire d’y faire une randonnée vers une jolie petite chute qui se nomme Lewis Spring Falls. On y suit aussi, en partie, le sentier des Appalaches qui passe dans le parc. D’ailleurs, on va rencontrer quelques marcheurs qui font halte au camping. Certains marchent pendant plusieurs mois. Ils ont beaucoup de choses à raconter, car la plupart voyage seul. L’Appalachian Trail fait tout de même près de 4000 km. Une sacrée rando!!! Un type me raconte qu’il vient de prendre sa retraite après 40 années de travail au même endroit. Il est sur le sentier depuis deux mois et il lui reste trois mois de voyage. Ça l’a changé complètement tant sur le plan physique que mental. Il semblait bien heureux!!!

_1SP3128Un paysage qu’on peut admirer à partir du sentier des Appalaches.

_1SP3039Petite collation maison durant la soirée!!!

2015-06-07 12.10.56

Un chevreuil tourne autour de la tente.

JOUR CINQ, LEXINGTON

Matin très venteux et frais dans les montagnes. On a envie de chaleur. Après quelques kilomètres, on quitte les montagnes et le parc Shenandoah pour aussitôt poursuivre notre route sur le Blue Ridge Parkway. Le BRP est une route de 755 km construite dans les années trente et elle serpente à travers les Appalaches de Virginie et de Caroline du Nord. Les premiers moments nous embaument d’odeurs florales. L’altitude y est peu élevée et on aperçoit des fermes par ci par là. Après une heure de plaisir, on prends une petite route qui croise le Blue Ridge et qui va nous permettre d’aller visiter la petite ville de Lexington. Et on va probablement s’offrir un vrai lit!  La route qui descend est en lacet bien serré. On sent aussi le mercure grimpé, il passe de 20 à 30C en 20 minutes à peine. On s’arrête au Lexington Coffee Shop pour boire un espresso et se trouver un gîte. Dans un voyage de ce type, le wifi est très important et le café est souvent un prétexte pour se « brancher ». Après quelques recherches, on trouve le Sheridan Inn, un hôtel fort sympathique avec une belle terrasse et d’immenses chambres à un prix raisonnable. Vite fait, bien fait, on s’installe et on part visiter la ville avec ses belles maisons. On terminera notre soirée dans un petit resto familial sur la terrasse. On aura avancer de 170 km aujourd’hui.

_1SP3148

Dernier moment de contemplation du paysage de Shenandoah.


_1SP3178

L’arrivée à Lexington.

_1SP3155Une maison défraîchie et avec beaucoup de charme.

_1SP3169

Notre hôtel juste à coté de l’église.

2015-06-08 16.06.55-1 2015-06-08 20.33.41

La fin de notre journée…un selfie s’imposait!

Voilà pour le récit de nos premières journées. Nous avons donc roulé 1456 km. Et on se trouve à mi-chemin de la Nouvelle Orléans. Demain on poursuit notre route sur le Blue Ridge Parkway. À suivre…

Flânage dans Hochelaga….

_1SP9891

Le printemps me convie de nouveau à faire du « flânage » dans le quartier. Avec mon appareil photo quand même! Se promener à la recherche de scène à mettre en image. Je trouve que c’est un peu comme faire des gammes au piano, ça m’entraîne. Ça m’exerce à voir autrement. Souvent au début de mes promenades, je vois rien!!! Puis, peu à peu, mon oeil voit des images se former….et mes mains manipulent le cadrage, la mise au point, etc. J’aime beaucoup le côté vintage de la photo ci-dessus. On se croirait dans un film des années cinquante.

_1SP9927

Ici, les formes inusitées de ce poste électrique m’ont interpellées aussi. Rien de plus banal comme lieu et pourtant….

_1SP9913

La simplicité de ces graffitis m’a porté à tenter quelques photos. Ils me plaisent bien.

_1SP9912

_1SP9953

Pour une raison que j’ignore, les fenêtres du haut ont déformées l’image, lui conférant un p’tit kekchose (québécisme).

_1SP9908-Modifier

Que peuvent bien cacher ces portes de garage?

_1SP9955

Et les fils électriques « s’allument » en cette fin de journée printanière!

L’École Baril, la plus vieille école primaire du quartier!

_1SP9622

Une école centenaire de mon quartier est en train de disparaître. Pour cause de moisissure apparemment. Elle sera reconstruite tout en préservant une partie du portail avant. C,est bien triste de perdre ainsi un monument historique inscrit dans l’histoire d’Hochelaga-Maisonneuve. Dans le journal local QH, on décrit l’école comme suit:

« C’est l’architecte Joseph-Dalbé Viau qui réalisa les plans de l’édifice, à qui l’on doit également la crypte du célèbre Oratoire St-Joseph (oeuvre de la firme d’architecte Viau et Venne). Construite dans un style Beaux-Arts, son architecture caractérise bien les immeubles prestigieux construits à la même époque, comme le Château Dufresne, le Bain Morgan et l’Hôtel de Ville de Maisonneuve (aujourd’hui la bibliothèque Maisonneuve). »

Alors je suis allé faire un tour, histoire de prendre quelques photos avant sa disparition. Un pan de la clôture qui protège le chantier était tombé. Et comme personne ne surveille…

_1SP9648

Un chantier de démolition,  c’est triste!

_1SP9610

Ici la devanture de ce très beau bâtiment, que deux de mes oncles ont d’ailleurs fréquenté dans les années 40.

_1SP9630

Les deux clochers de l’église Très-Saint-Rédempteur sont témoins impassibles de ce triste moment.

_1SP9525

_1SP9614

Ici un jeu de perspective trop tentant pour le photographe que je suis.

Et puis à l’intérieur….

_1SP9489

Très…..humide! On pourrait y tourner une scène de film d’horreur!

_1SP9595

Les ombres s’allongent en cette fin de journée donnant à l’endroit un aspect lugubre…

_1SP9580

Hum…une âme errante!

_1SP9497

J’aime bien les jeux d’ombres dans ce contexte!

_1SP9601

Et sur ce, bonne journée à tous!

Retour d’avril…

_1SP8926

Avril est enfin de retour après ce long hiver froid auquel on vient de survivre encore une fois! Et j’en profite donc pour reprendre mes excursions aux jardins extérieurs du Jardin Botanique….mon coin de campagne en ville. Encore beaucoup de neige et les lacs sont toujours gelés, mais ça fait un sacré bien au moral de savoir que bientôt la chaleur sera de retour. Pourtant, je suis de ceux qui aime les sports d’hiver comme vous avez pu le constater dans mes articles précédents ou comme sur les photos suivantes…ski de fond presque printanier!

LA MONTAGNE COUPÉE DANS LA RÉGION DE LANAUDIÈRE

_1SP8927Ah, il m’a vu et il a pas l’air trop commode!

_1SP8804

_1SP8937

_1SP8797

L’hiver s’accroche….mais c’est peine perdue!

ASTROPHOTO….

_1SP8624_lune

Voici mes premiers essais d’astrophoto faits à partir de mon terrain à Montréal. Premier croissant de la lune, à 4 jours.

_1SP8658_jupiter

Jupiter et ses quatre satellites. Photo faite au foyer de ma lunette télescopique (420mm de focale).

Sur la suivante, j’ai utilisé un oculaire pour obtenir un grossissement de 80x. Comme ce n’est pas la même soirée, le ciel était moins transparent et on voit moins bien les lunes. Mais on voit bien les bandes tropicales de la planète.

_1SP9002

Bonne journée à tous et bon printemps!

Le dictateur…

En voyant cette photo, c’est le titre qui m’est venu! L’image est forte, on sent qu’il en impose ce Monarque. Le même papillon vu sous un autre angle donne une impression de timidité. Et c’est le plaisir avec ces insectes, de les mettre dans une composition originale, de trouver le bon angle et de créer un beau flou d’arrière plan! J’essaie de leur inventer une personnalité.

_1SP7723-EXTedit

_1SP7340-EXTedit-4

_1SP7259

_1SP7681-EXTedit

_1SP7763-EXTedit

_1SP7603-EXTedit

Bonne journée!!!